pseudophédrine et antirhume

Publié le par Mbeley

Et ça continue !

Il y a longtemps qu'on sait mais...chuuuut ! (comme d'hab !) ;-(

On reparle de l"eusophédrine composant certains médicaments antirhume mis en vente sans ordonnance en pharmacie...

Alors forcément, j'ai sorti ma boîte à chaussure pharmaco et j'ai étudié les médocs en attente pour voir si...

J'y trouve de l'Efferalgan, de l'Exomuc, du Flanid gé (= doliprane) et de l'Humexlib, tout cela étant acheté en prévision de... hum hum.

bref ! ci-dessous un site parlant de l'eusophédrine :

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/27/19491-attention-medicaments-antirhume

antirhume

Mots clés : médicaments, pharmacovigilance, Rhume, Pseudoéphédrine

Par Martine Perez - le 27/11/2012

La pseudoéphédrine contenue dans ces médicaments en vente libre augmenterait le risque cardio-vasculaire.

Rien n'est plus banal qu'un rhume. Toute personne normalement constituée en souffre au moins deux ou trois fois par an. Sans aucun risque. En revanche, une gamme de médicaments en vente libre contre le rhume, contenant des vasoconstricteurs, présenterait, elle, des vrais dangers pour la santé, rares, mais très graves.

À l'heure où les rhinovirus se développent et se propagent un peu partout du fait des premiers frimas, le service de Pharmacovigilance du CHU de Toulouse, dirigé par le Pr Jean-Louis Montastruc, vient de publier dans son bulletin d'information de Pharmacologie Bip31.fr une mise en garde concernant ces produits.

«Préconiser plutôt du sérum physiologique»

En particulier, certains médicaments, utilisés par voie orale et vendus sans ordonnance, contiennent de la pseudoéphédrine, une molécule à effet vasoconstricteur qui augmenterait le risque d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral. «De plus, la publicité grand public est autorisée pour la plupart de ces produits utilisés par voie orale, déplore le Dr Emmanuelle Bondon-Guitton (Toulouse), auteur de la note sur ce sujet dans le Bip31.fr. En réalité, il faut éviter ces médicaments dont le risque est inacceptable au vu de la pathologie et préconiser plutôt l'utilisation du sérum physiologique.»

Les autorités sanitaires ont il y a quelques années interdit en France, après de longues tergiversations, d'autres vasoconstricteurs utilisés également contre le rhume (la phénylpropanolamine). Elles auraient tout intérêt à se pencher rapidement maintenant sur le cas des produits contenant de la pseudoéphédrine, vendus sans ordonnance.

Une quinzaine de produits disponibles

Il existe une quinzaine de médicaments par voie orale contre le rhume, que l'on obtient sans ordonnance et à base de pseudoéphédrine, avec des dosages différents (Actifed Rhume, Nurofen Rhume, Dolirhume, Humex Rhume…). D'autres vasoconstricteurs, en utilisation locale, en gouttes intranasales, ne peuvent être obtenus que sur ordonnance. Situation d'autant plus étrange que les formes orales pourraient être plus dangereuses que celles à usage local.

Tous ces médicaments sont contre-indiqués chez les personnes hypertendues ou ayant des antécédents cardio-vasculaires. «Les effets indésirables sont bien décrits avec ces médicaments, le plus souvent avec les formes orales: angine de poitrine, infarctus, poussées hypertensives, convulsions, accident vasculaire cérébral. Ils sont rares, voire très rares (un cas pour un million), mais graves le plus souvent», précise le docteur Bondon-Guitton. Les patients ignorent en général ces risques, malgré les mises en garde des notices: comment imaginer que contre une pathologie bénigne, un médicament puisse être délétère à ce point?

Des produits de confort

Les pouvoirs publics traînent visiblement pour prendre les décisions qui s'imposent: imposer la prescription de ces produits par un médecin, ou les retirer du marché. Pourtant, un rapport de la Commission nationale de pharmacovigilance, en mars 2008, mettait déjà en garde contre leurs effets indésirables. «Ces effets sont peu acceptables soulignait le rapport, du fait de l'aspect bénin de la pathologie traitée.» En 2009, la revue Prescrire demandait aussi à «bannir ces médicaments des pharmacies…».

Simples produits de confort, ces vasoconstricteurs réduisent la congestion nasale, sans guérir ni réduire la durée du rhume. «Il existe plus de 120 virus différents du rhume, explique le Pr Patrick Berche (microbiologiste, Paris-V). Ils provoquent des maladies très fréquentes et bénignes.»

Le seul traitement, c'est le lavage du nez au sérum physiologique. Et la patience, pour attendre une semaine environ que les symptômes finissent par disparaître d'eux-mêmes.

Bon, alors ! Je jette mes médocs à la poubelle et je ressors :

- le sérum physiologique (vendu en petites ampoules et pratique à l'utilisation)

- le spray gorge Phytosun au miel, à la propolys et aux huiles essentielles

ou

- le spray nasal décongestionnant aux huiles essentielles d'Eucalyptus, de niaouli et extrait de menthe sauvage

ou

- le spray gorge propolis à la propolis, à l'huile essentielle de menthe et au thym.

pfououou! ;-(

Commenter cet article